Relever le défi mondial des œdèmes post-opératoires

Introduction au phénomène de phlyctènes post-opératoires

Mölnlycke Health Care reconnaît les défis auxquels sont confrontés les professionnels de santé concernant le traitement et la prévention des œdèmes post-opératoires. Cette section consacrée aux œdèmes post-opératoires vous permettra de développer vos connaissances sur le sujet, et de découvrir quelques-unes des solutions proposées par Mölnlycke Health Care pour vous aider dans le traitement et la prévention des œdèmes post-opératoires chez vos patients.

À propos de la formation des œdèmes post-opératoires

On parle d'œdème post-opératoire lorsque l'épiderme se sépare du derme et provoque un soulèvement de tissu épidermique1

L'étendue du problème
La prévalence est de plus en plus documentée dans la littérature et on constate une prévalence particulièrement élevée dans les services orthopédiques, surtout chez les personnes ayant subi une arthroplastie de la hanche et du genou :

  • 13 à 35 % de prévalence constatée après intervention chez les patients en chirurgie orthopédique1-7

 

On observe aussi une prévalence chez les patients soumis à d'autres interventions chirurgicales, comme :

  • les césariennes ;
  • la chirurgie cardiothoracique ;
  • la chirurgie abdominale (p.ex. hystérectomie).

 

Conséquences cliniques de la formation d'ampoules postopératoires
La formation de phlyctènes peut8

  • Prédisposer la plaie à une augmentation du risque d'infection du site opératoire, pouvant entraîner une infection profonde voire un sepsis de la prothèse ;
  • retarder la cicatrisation ;
  • entraîner de nouvelles interventions chirurgicales ;
  • augmenter la douleur du patient ;
  • Réduire la qualité de vie du patient ;
  • Susciter l'insatisfaction du patient.

 

Conséquences financières de la formation de phlyctènes
La formation de phlyctènes peut :

  • entraîner de nouvelles interventions chirurgicales ;
  • Prolonger la durée d'hospitalisation
  • Augmenter la fréquence de renouvellement des pansements ;
  • Augmenter le temps de travail du personnel soignant ;
  • augmenter les besoins en analgésiques.

 


Références
Cliquez ici