Apparition d'escarres

L'apparition d'escarres est généralement évaluée à l'aide de l'une des deux méthodes suivantes4,5 :

  • La prévalence : il s'agit de la méthode la plus souvent utilisée ; elle correspond au nombre de personnes qui, dans une population déterminée, présentent un problème de santé spécifique à un moment donné. Remarque : ainsi, la prévalence inclurait les patients présentant une escarre à leur admission à l'hôpital et ceux ayant développé une escarre depuis lors.
  • L'incidence : elle correspond au nombre de nouveaux cas d'un problème de santé spécifique sur une période de temps donnée. Cette méthode est plus complexe et la période de temps est habituellement comptée en semaines ou mois.
  • Ces deux termes sont fréquemment mal employés. Ils ont deux sens très distincts, c'est pourquoi il est important de choisir le bon.
  • Nosocomiales : cet adjectif qualifie les escarres qui se développent une fois le patient admis dans l'établissement de santé. Cette notion peut être une mesure particulièrement pertinente lors de l'évaluation de l'impact des programmes de prévention.



La prévalence des escarres est variable selon les pays et s'avère souvent supérieure pour les spécialités comme les soins intensifs ou la gériatrie.

Prévalence des escarres

  • 5 pays européens :
    5 947 patients6
    – Prévalence : 18,1 %
  • États-Unis : 651 centres totalisant
    85 838 patients7
    – Prévalence : 14,8 %
  • Canada : prévalence nationale8
    – 26 %
  • Australie : plusieurs rapports publiés9
    – 4,5-27 %
  • Chine : étude portant sur 2 913 patients10
    – Prévalence : 1,8 %
  • Corée du Sud11
    – Incidence des soins de courte durée : 0,44-0,49 %
    – Soins à domicile : 47,4 %
    – Unités de soins intensifs : 21,7-45,5 %